La Moselle à hauteur de Toul **

Lors de son parcours nord-sud, la Moselle effectue une large boucle vers l'ouest. Cette portion largement canalisée et urbanisée offre porutant de nombreuses zones de repos pour les oiseaux d'eau durant la mauvaise saison et certaines anciennes gravières sont même devenues propices à la nidification.

1 - Le barrage situé en amont de Liverdun sur la Moselle canalisée est un excellent site pour l'observation des oiseaux d'eau en hiver. Des stationnemnts importants de harle bièvre ont lieu en amont et en aval de l'ouvrage, fréquemment acompagnés de harles piettes et parfois de macreuses brunes et de fuligules milouinans. Ce secteur est intéressant d'octobre à avril. Il faut également rechercher les passereaux sur le terre-plein en amont du barrage.

2 - La Moselle à hauteur et en contrebas de Villey-St-Étienne offre un caractère nettement plus sauvage grâce aux nombreux méandres et ilôts qui la composent. Même si les oiseaux d'eau sont présents en période hivernale, ce secteur est plus intéressant durant la belle saison. Ici nichent les grèbes castagneux et huppés et des oiseaux rares comme la rémiz penduline et le bihoreau gris méritent une prospection approfondie. L'aigrette garzette a déjà été observées sur ce site et le balbuzard y est régulier lors des migrations.

3 - Lorsque, en venant de Gondreville, vous cherchez à rejoindre la D191 en direction de Toul, vous traversez la Moselle canalisée. Immédiatement à gauche de ce pont se trouve une friche patûrée par des moutons et parsemée d'arbustes. C'est un site très intéressant pour les passereaux en migration printanière (pipit rousseline) et pour la nidification (pie-grièche écorcheur).

4 - Au sud de Toul, de part et d'autre du pont enjambant la Moselle, se trouvent plusieurs sites intéressants pour les oiseaux d'eau en hiver. Pour y accéder, il suffit de longer à pied la Moselle sur chacune de ses rives. Les fuligules morillons et milouins et les foulques macroules sont les plus nombreux mais cet endroit est un des propices à l'observation de quelques espèces plus rares comme le fuligule milouinan, les macreuses noire et brune, l'eider à duvert et le fuligule nyroca.


accueil