Les Palmipèdes d'Europe *****

par Paul GÉROUDET

4ème édition mise à jour par Michel CUISIN : 510 pages - format 15X21 cm - 1999

3ème édition : 286 pages - format 12x18 cm - 1988

2ème édition : 286 pages - format 12x18 cm - 1972

1ère édition : 286 pages - format 12x18 cm - 1959

éditions Delachaux & Niestlé


 
4ème édition (1999)


3ème édition (1988)


2ème édition (1972)

Voici donc la 4ème édition du volume sur les palmipèdes de la monumentale série des "Géroudet". Après 1959, 1972 et 1988, cette nouvelle version enrichie permet de visualiser côte à côte le texte original de Paul Géroudet et la mise à jour par le travail de Michel Cuisin (dont les ajouts sont systématiquement entre guillemets ><) au vu des dernières données scientifiques sur les populations de Palmipèdes. Sans dénigrer d'aucune manière le travail remarquable et indispensable effectué par Michel Cuisin, j'avoue trouver que ces addenda rompent fortement la fluidité et l'unité du texte original de Paul Géroudet et altèrent la qualité mythique de l'oeuvre originale.

Cet ouvrage, dont le volume a été considérablement augmenté par rapport à la précédente édtion qui était un peu le parent pauvre de la série et qui n'avait jamais évolué depuis 1959, parle des plongeons, des grèbes, des pétrels et puffins, des cormorans, fous et pélicans, des anatidés, des labbes, goélands, mouettes et sternes, et enfin des alcidés.

L'illustration est sommaire car c'est avant pour la qualité du texte de Paul GÉROUDET que toute sa collection est depuis près de 50 ans LA référence pour toute l'ornithologie francophone.

Vous y trouverez de nombreux détails sur le comportement des oiseaux mais surtout, et c'est ce que je préfère dans le texte de Paul GÉROUDET, ses paragraphes d'introduction où il relate ses souvenirs et ses observations de l'espèce en question : «Chaque automne, que souffle la bise glaciale ou le vent humide du sud-ouest, sous un pesant plafond de brume ou dans la lumière étincelante d'un beau jour, je retrouve mes premières passions ornithologiques sur les eaux de la rade de Genève. Combien d'heures passées à dénombrer les Milouins et les Morillons, les Grèbes, les Foulques et les Mouettes, à rechercher dans le champ circulaire des jumelles des hôtes plus rares, la Macreuse, l'Eider, les Goélands venus de la mer lointaine ou de rivages inconnus qu'il me sera peut-être accordé quelque jour de voir autrement qu'en imagination !

La collection entière est assez onéreuse mais doit être votre prochain achat après le guide d'identification de base.

 

1ère édition (1959)

accueil